| Actualités | A la une

À la une

Un collectif local BIO a pour ambition de construire une future unité de conditionnement sur le Cambrésis

Posté le 30/08/2017

Le 25 août, cinq agriculteurs reconvertis dans l’agriculture biologique de plein champs dans le Cambrésis et regroupés en Cuma présentaient aux services de la Région, à la Draaf, à la Chambre régionale d’agriculture, à la Communauté d’Agglomération de Cambrai et aux différents partenaires locaux et spécialistes du Bio, l’historique de leur démarche et leur futur projet de construction d’une unité de conditionnement - la Cuma Bio territoire-Norabio. Un projet porteur d’emplois sur le territoire.

Passer en bio et apprivoiser la complexité
Le projet pouvait paraître insensé en 2011 quand Véronique Cany et Sébastien Lemoine se lancent pour défi de se convertir au Bio. Six ans plus tard et rejoint par Luc Vermeulen et deux jeunes agriculteurs, Olivier Halluin et Benjamin Vermeulen, le collectif a su casser les codes établis et impulser une nouvelle dynamique sur leur territoire. Carottes, panais, courgettes, oignons, pommes de terre, radis noirs bio s’étendent sur près de 460 ha …Il a fallu pour le collectif faire des choix techniques, matériels, recruter de la main d’œuvre, opter pour le bon mode de distribution de leurs produits. Leur choix s’est porté sur la coopérative Norabio qui depuis 2013 alimente les magasins Biocoop sur la région.

En 2016, la création d’un groupement d’employeurs des saisonniers des champs, qui comptent à ce jour 13 adhérents, leur a permis de créer de l’emploi sur le territoire, d’attirer et de fidéliser une main d’œuvre pas toujours facile à recruter. Une initiative impulsée par Véronique Cany qui a su mixer la diversité des profils et créer au sein des équipes un bon état d’esprit. Juridiquement, les exploitants se sont structurés et ont créé une société en participation Bioteam pour mutualiser les risques et faciliter l’organisation.

La prochaine étape : construire une unité de conditionnement
Aujourd’hui, les producteurs de légumes sont en passe de gagner en autonomie et souhaitent aller plus loin dans leur démarche avec la construction d’un bâtiment de conditionnement. Après deux études menées avec le soutien du Conseil Régional et de l’agence de l’Eau Seine Normandie, Norabio,la CAC, la CUMA veut investir dans une chaîne de lavage, déterrage, calibrage et conditionnement. Installé à Gouzeaucourt, ce nouvel outil permettrait d’augmenter la part de légumes déjà conditionnés sur l’exploitation d’Olivier Halluin de 1000 tonnes actuellement. Ce nouveau projet, estimé à 2 450 000 €, a pour ambition pour la campagne 2019-2020 de conditionner 55 % de légumes commercialisés et d’augmenter son volume à 7000 tonnes.

Sur le plan commercial, le partenariat avec Biocoop sera privilégié en produits frais mais les producteurs souhaitent aussi créer une extension pour des produits transformés tels que chips, soupes, flocons…pour explorer d’autres pistes commerciales.
Le permis de construire vient tout juste d’être déposé pour un démarrage des travaux espéré au cours du printemps prochain et un lancement de l’activité en août 2018. Le projet financé par les parts sociales des adhérents à la CUMA et un prêt bancaire n’est pas encore finalisé et le collectif est toujours en recherche de partenaires notamment publics par l’apport de subventions.

Pour en savoir plus sur le projet, contactez Olivier Halluin au 06 84 77 25 69.

Partagez sur

Plan d'accès

Contact

Quartier des Trois Parallèles
La Citadelle
Allée du Général Girard
62000 Arras


Tél. : 03.27.70.15.80

Mentions légales | Crédits | Réalisation : techmarketing | Version anglaise